Jusqu’à maintenant, dans mon vlogue, j’ai surtout abordé le côté amusant de l’aventure que représente le programme de stage d’Ingénieurs Sans Frontières (ISF). Pour ce dernier article, j’ai voulu mettre l’accent sur le travail que j’ai réalisé en Zambie, puisque cela a pris près de 80 % de mon temps et que je me doute bien que vous aimeriez savoir ce que je fais CONCRÈTEMENT ici.

Ce qui est formidable (quoique parfois éprouvant) à propos d’un tel stage est que l’environnement de démarrage de la plupart des entreprises sociales d’ISF permet une acclimatation au travail de terrain, aux projets, aux logiciels, etc., qui pour la plupart nous sont totalement inconnus au départ. Cela nous fait vraiment sortir de notre « zone de confort professionnelle ». L’une des stagiaires à long terme, Yue Ma, qui travaille également à Rent to Own, et moi avons inventé le terme « camp d’entraînement professionnel » pour définir ce processus et qui, je l’espère, vous donnera une bonne idée de l’ampleur du défi et de la croissance personnelle que j’ai eu l’immense chance de vivre.

Rent to Own est une organisation charnière en pleine croissance. Elle a réussi à mettre sur pied et exploite maintenant une dizaine de bureaux en Zambie. Elle a su convaincre des investisseurs sérieux et établir des relations professionnelles avec des organisations de partout dans le monde. Cette organisation propose un modèle attrayant qui permet de gagner en volume d’activité et laisse entrevoir un avenir meilleur.

« 75 % de réussite est bien mieux que rien du tout! »

Mon rôle consistait principalement à travailler sur des projets améliorant l’extensibilité de Rent to Own, c’est-à-dire, sa capacité à croître. En seulement cinq mois, l’équipe de direction m’a confié tout un éventail de projets, dont :

  • Assister aux initiatives d’extensibilité;
  • Produire un document de gouvernance pour le conseil d’administration;
  • Diriger le processus de certification BCORP;
  • Amorcer la mise en place un système de gestion des stocks;
  • Cartographier les processus de vente;
  • Établir des consignes de travail;
  • Aider aux ventes et au rapprochement de la petite caisse;
  • Monter un dossier de demande de permis d’énergie solaire;
  • Préparer une demande de prix pour un centre d’appel soutenant le nouveau secteur d’affaires de l’énergie solaire PAYGO.

Aucun de ces projets n’était directement lié à mon rôle chez WSP. En fait, je dirais qu’environ 90 % de mon travail en Zambie consistait en des tâches que je n’avais jamais réalisées auparavant ou que je ne me sentais pas vraiment à l’aise de faire, ce qui était une très bonne chose! Même si j’étais plutôt nerveuse au début, j’ai vite compris que même si ces tâches ne cadraient pas avec mes compétences particulières, mes capacités, mon énergie et le soutien d’une équipe enthousiaste et chevronnée me permettraient d’être efficace de 75 à 90 %. D’ailleurs, le PDG de Rent to Own, Jeffrey Schidegger me rappelait souvent que « 75 % de réussite est bien mieux que rien du tout! »

Si la majorité du travail que j’accomplissais était une suite de défis gratifiants, le projet le plus excitant auquel j’ai eu la chance de participer est celui du secteur de l’énergie solaire PAYGO.

Kabwe Presenting d.light Solar Home Kit

En 2016, Rent to Own a pris la décision de participer à l’électrification des régions rurales de la Zambie, en introduisant un tout nouveau secteur de distribution de produits à l’énergie solaire PAYGO. L’un des premiers produits que le secteur a choisi de distribuer est le système à énergie solaire domestique D30 de d.light. La trousse contient trois lampes de maison, une lampe de poche ainsi qu’un dispositif de recharge pour les petits appareils électroniques comme les téléphones cellulaires. Les clients peuvent se procurer le système sans aucuns frais d’engagement, et choisissent des versements mensuels jusqu’au paiement complet, sur la durée qui leur convient le mieux; cette dernière varie habituellement entre 6 et 24 mois. Advenant le cas où un paiement n’est pas effectué, Rent to Own peut éteindre le système à distance jusqu’à ce que le paiement soit reçu. En février, j’ai eu l’immense chance de passer une journée en compagnie d’agents de terrain à Chibombo où ils allaient présenter la trousse à énergie solaire à un groupe de cultivateurs présents à l’événement du CFU de la Zambie. Ce temps passé sur le terrain représentait l’occasion rêvée de voir directement dans leur contexte les effets concrets de mon travail avec Rent to Own. En effet, lorsque nous sommes assis à notre bureau à travailler sur un document, en réunion ou en train de cartographier un processus, il est parfois trop facile de perdre l’objectif de vue. Me rendre sur place m’a permis de constater à la fois la façon dont mon travail s’inscrivait dans le cadre de ce projet, et la capacité générale de Rent to Own de générer des retombées extrêmement positives sur la vie des Zambiens vivant dans les communautés rurales.

Souvent, pendant mon stage, j’étais moi-même mon principal obstacle. Mon manque de confiance en mes capacités à aider, mon perfectionnisme, ma crainte d’interrompre ou de déranger les autres membres de l’équipe lorsque j’avais besoin d’aide ou ma peur de l’échec… tous représentaient des barrières. Lorsque j’ai réussi à faire taire ces petites voix, j’ai pu m’investir à fond pour faire avancer mes projets et servir Rent to Own. Cela dit, j’encourage chacun de vous à prendre le temps de réfléchir et de vous assurer que vous ne vous barrez pas vous-même le chemin. La croissance, qu’elle soit personnelle ou professionnelle, ne peut se développer qu’en sortant de notre zone de confort et la seule personne qui vous empêche d’en sortir est vous-même. Croyez-moi : lorsque vous aurez sauté cette barrière, une tonne de gens seront là pour vous aider, vous soutenir et vous encourager dans vos futurs projets.

Reflections before leaving Zambia

En tant qu’ingénieurs, conseillers, techniciens et scientifiques qui comprennent le monde complexe et interconnecté d'aujourd'hui, nous croyons que les gens et les idées novatrices sont essentielles pour créer des changements positifs durables. Voilà pourquoi WSP a établi un partenariat avec Ingénieurs sans frontières Canada pour appuyer les programmes suivants: «Professional Fellowship», «Engineering Change Labs» et «xChange».

En savoir plus sur wsp

Ajouter un commentaire