S’établir, séjour dans un village et vélo Buffalo

November 22, 2016.admin.0 Likes.0 Comments

Les trois premières semaines de mon voyage ont essentiellement servi à établir ma liste de tâches à faire « pour m’installer » (obtenir ma carte SIM zambienne et mon permis de travail temporaire, trouver ma route pour me rendre à l’épicerie et en revenir, etc.), établir mon plan de travail avec Rent to Own et passer un séjour dans un village. Cette dernière activité est de loin celle qui m’a le plus fait sortir de ma zone de confort depuis que je suis arrivée et s’est révélée une expérience formidable.

img_2084

Un séjour dans un village est une partie importante et obligatoire de l’expérience des bénévoles d’ISF à l’étranger, car cela nous met directement en contexte, ce qui nous permet de beaucoup mieux comprendre la culture et le mode de vie des gens, tout en nous offrant une belle occasion d’échanges. Rent to Own a organisé pour moi un séjour de cinq jours en compagnie de l’un de leurs clients qui vit à Mpima, un village situé à environ 15 kilomètres de la ville de Kabwe dans la province centrale de la Zambie. La famille Chiinda, qui a été assez gentille pour venir me chercher en voiture à Kabwe, possède une ferme laitière et cultive le maïs ainsi que les arachides. M. Chiinda a marié Mme Chiinda peu de temps après avoir terminé l’école pour fonder leur famille composée de deux garçons, Philemon et Amos, et d’une fille, Tinta. Très actifs dans leur communauté, les Chiinda sont membres d’organisations, dont un regroupement religieux, une coopérative et une initiative d’épargne collective.

060

« Mais collectivement, leur rendement est assez important pour attirer ces acheteurs et leur donner un certain pouvoir sur les marchés de vente. »

Chiinda mène des études sur la Bible et prêche des sermons à l’église de son village. Il est également membre de la Mpima Dairy Producers Cooperative Society, qui signe un partenariat actif avec Parmalat et dont les activités se déroulent sept jours sur sept. Les producteurs laitiers de la région apportent leur lait à la coopérative chaque matin avant 10 h. Le lait passe un test de fraîcheur et est mesuré, puis la quantité apportée par chaque fermier est comptabilisée. Tout le lait est ensuite versé dans des bidons en acier inoxydable et réfrigéré jusqu’à ce que le représentant de Parmalat vienne le récupérer. Les fermiers sont payés chaque mois par Parmalat en fonction de leur production. Ce type d’initiative de coopération donne à de petits producteurs émergents l’accès à de grands acheteurs, ce dont ils ne pourraient bénéficier autrement étant donné leur petite production. Mais collectivement, leur rendement est assez important pour attirer ces acheteurs et leur donner un certain pouvoir sur les marchés de vente. Un matin, M. Chiinda m’a fait visiter la coopérative où j’ai pu observer le processus de collecte et visiter les installations, ce qui fut très agréable.

Mme Chiinda, en plus de prendre soin de sa maisonnée, tient le magasin familial au village où sont vendus des produits variés, depuis les tomates jusqu’au parfum. Elle est aussi la présidente du fonds social de la division de Mpima dans le cadre de l’initiative d’épargne collective OSAWA Group Savings (seulement disponible en anglais). La division de Mpima accueille de 10 à 15 membres, qui se rencontrent une fois par mois. J’ai eu la chance d’assister à leur réunion du mois d’octobre. L’initiative offre une possibilité d’épargne aux Zambiens qui n’ont pas accès à des services financiers. Le groupe gère deux fonds : un fonds social, qui peut être utilisé par les membres lorsqu’ils ont besoin de fonds d’urgence (p. ex. si un membre de la famille tombe malade), puis un fonds d’épargne, constitué des économies de chaque membre. Il existe également un volet de prêt, dont le taux d’intérêt est établi d’un commun accord et tous les profits réalisés sur ces intérêts sont répartis en parts égales entre les membres du groupe. En raison de leur faible proportion aux finances du groupe, ces prêts sont assujettis à un taux d’intérêt de moins de 1 %.

« J’ai eu le sourire aux lèvres pendant toute cette journée qui s’est avérée l’une des plus chouettes depuis mon arrivée en Zambie. »

L’un des faits saillants de mon séjour est sans doute l’essai du Buffalo bicycle (seulement disponible en anglais), un vélo conçu spécifiquement pour les charges lourdes et les routes accidentées d’Afrique, que j’ai utilisé pour sillonner le village et rendre visite à différents clients de Rent to Own. Je suis certaine que vous le savez maintenant, j’adore rouler à vélo. J’ai eu le sourire aux lèvres pendant toute cette journée qui s’est avérée l’une des plus chouettes depuis mon arrivée en Zambie. M. Chiinda et moi avons roulé de ferme en ferme pour constater l’utilisation des produits de Rent to Own. Nous avons vu de tout, du groupe électrogène au surgélateur, en passant par l’innovatrice et extrêmement populaire trousse individuelle à énergie solaire Sun King (seulement disponible en anglais). Les clients se sont dits très reconnaissants de pouvoir utiliser cet équipement à énergie solaire dans leur maison en remplacement du kérosène, qui peut être très dangereux. Ils sont aussi très heureux de ne plus avoir à budgéter au quotidien pour acheter des chandelles, et de pouvoir se procurer la trousse au moyen de modalités de paiement souples.

Le reste de mon temps au village, je l’ai employé à poser des questions, à écouter des histoires et à réfléchir. Je suis heureuse d’avoir pu profiter de cette chance d’en apprendre davantage sur les traditions zambiennes, notamment sur la poignée de main, la préparation des plats, les rituels des repas, et ce, aussi tôt dans mon voyage. Et j’étais encore plus reconnaissante d’avoir pu passer du temps dans une communauté si chaleureuse et accueillante. D’ailleurs, lorsque M. Chiinda est venu me reconduire à Kabwe ce matin-là, nous étions tous les deux très émotifs…

Prochaine étape : notre retraite au Malawi. J’ai très hâte de revoir trois de mes onze amis du groupe de formation prédépart et de poursuivre mon apprentissage!

En tant qu’ingénieurs, conseillers, techniciens et scientifiques qui comprennent le monde complexe et interconnecté d'aujourd'hui, nous croyons que les gens et les idées novatrices sont essentielles pour créer des changements positifs durables. Voilà pourquoi WSP a établi un partenariat avec Ingénieurs sans frontières Canada pour appuyer les programmes suivants: «Professional Fellowship», «Engineering Change Labs» et «xChange».

En savoir plus sur wsp

Ajouter un commentaire